Pourboires : pour qui, pour quoi et combien ?

Les vacances approchent. Vous avez tout prévu. Que vous partiez en France ou à l’étranger, en avion ou en train, à l’hôtel ou en camping… il y a une dépense à laquelle vous n’avez peut-être pas pensé : le pourboire. Bon, ce n’est pas ça qui va exploser votre budget. Mais, en y réfléchissant à l’avance, vous pouvez échapper à un moment de doute ou de honte, et éviter de vous fâcher avec ceux qui sont censés vous aider à passer de bonnes vacances calmes et relaxantes.

Les Français, des radins ?

La réputation de radin colle à la peau des touristes français. Lorsque vous vous retrouverez à Madère, aux cotés d’américains et d’allemands, ne vous étonnez pas de voir les jeunes rabatteurs se détourner de vous pour se précipiter sur ces vacanciers réputés plus généreux. Maîtriser l’art du pourboire n’est pas si facile. Si les japonais considèrent le pourboire comme une insulte, il fait partie des habitudes voire de la rémunération dans certains pays.

Au restaurant, pour service rendu

En France, le pourboire récompense un service de qualité. Il est proportionnel au montant que vous avez payé. Le serveur s’est démené, il a poliment ri à vos blagues et a fait remplacer vos haricots verts par de la purée. Il mérite bien deux ou trois euros, ou 5% à 10% de l’addition. Evitez la pièce de vingt centimes plutôt vexante après un bon repas. En revanche, ce sera parfait pour un café ou un soda au bar. Sachez que, dans de nombreux établissements, vous pouvez très bien donner un pourboire en carte bleue, en annonçant un prix supérieur à la note.

Dans d’autres pays, le service n’est pas inclus. Aux Etats-Unis, par exemple, il vous faudra parfois prévoir 15 à 20% de la facture. Renseignez-vous avant pour éviter de vous retrouver traité comme un voleur alors que vous vous êtes contentés de payer le prix indiqué.

Soyez généreux avec les bagagistes, voituriers et le personnel d’hôtel

Dans les hôtels, il est de coutume de donner un supplément pour de menus services rendus. Un bagagiste écrasé sous le poids de votre valise remplie de livres aura bien mérité ses deux euros. La règle d’un euro par sac vous permettra d’éviter de vous poser des questions. N’oubliez pas la femme de chambre qui vous apporte le petit déjeuner au lit et se risque à venir faire le ménage dans votre chambre,… Glisser deux ou trois euros dans la poche d’un voiturier vous permettra peut-être d’obtenir qu’il soit délicat avec votre embrayage. À l’hôtel, le niveau des pourboires dépend beaucoup du niveau de l’hôtel lui-même.

Les taxis : pas de règle

Laisser la monnaie au taxi peut être une façon élégante de donner un pourboire sans se poser de question. C’est le cas quand le tarif est plus ou moins connu à l’avance ou calculé par un moyen fiable. À l’inverse, si vous passez dix minutes à négocier un tarif à l’avance, inutile de vous fendre d’un pourboire.

Au théâtre

En France, à Paris notamment, dans certains théâtres privés luxueux, les ouvreurs ne sont rémunérés qu’aux pourboires. Ils vous le rappellent discrètement avant d’aller vous indiquer votre place. Deux euros par personne, c’est un minimum. Et, vous devez payer avant de savoir si le spectacle vous plaira.

Source http://fr.finance.yahoo.com

Biba – Je confirme la réputation des francais comme radins notamment aux Etats-Unis. Raison pour laquelle, très souvent dans les restaurants s’ils vous entendent parler francais ils inclueront systématiquement 18% de pourboire, appelé tips ou gratuity afin d’etre sur que vous ne partirez sans rien laisser comme nombre de francais peuvent faire.

Si vous avez eu des histoires par rapport aux pourboires aux Etats-Unis – Laissez votre commentaire – Faites partager votre expérience.

0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.

© 2016 My French Network Blog. All Rights Reserved

Forgot your details?