Encore une Boulangerie Française aux Etats-Unis!

Sur le nombre de consultations que nous proposons a My French Network depuis les six dernières années, environ 40% concernent des créations de boulangeries, pâtisseries, crêperies, restaurations rapides, ou épiceries “a la française“.

Il existe visiblement un mythe chez les français pensant que les américains sont tous attirés par l’alimentaire français ou l’alimentaire de luxe “French Touch“.

Généralement toutes ces personnes nous contactant avec ce type de projet, n’ont aucune expérience en France dans ce domaine et “tous” indiquent qu’ils ont un concept tout a fait innovant “a la française” qu’ils n’ont vu nul par sur place.

Lorsqu’un concept n’existe pas, il faut ce poser deux questions:
-Est-ce que cela n’existe pas car il n’y a pas la clientèle pour?
-Est-ce que cela n’existe pas mais que d’autres ont essayé, mais ont échouée? et comprendre pourquoi

S’il n’existe pas plus de boulangeries aux Etats-Unis c’est que les américains ne mangent pas de croissants ou pains au chocolat aussi souvent que l’on veut bien le penser. Ils sont plutôt muffins et donuts – Il suffit de voir les résultats de Starbucks, on en trouve a peut prés a tous les coins de rues dans toutes les grandes villes et Dunkin-Donuts, également très bien implanter.

Starbucks a annonce $207.9 million de profits, au 3eme trimestre de 2010 incluant 37% d’augmentation par rapport a la même période l’année dernière. Starbucks ne fait définitivement pas dans la boulangerie ou pâtisserie de luxe, mais les produis sont les basics recherchés et consommés par les américains. Pas le croissant, le pain au chocolat ou l’éclair au chocolat. Pourtant malgré sa réussite, même Starbucks a été touchée par la crise et a du fermer 600 établissements en 2009.

Pour ce qui est des concepts européens, comment expliquer que “Le Pain Quotidien”, concept belge est très bien implanté aux USA depuis 1997 avec 16 établissements a New York, 11 a Los Angeles et 3 a Washington et qu’en revanche l’enseigne Française “Paul”, pourtant très réputée, implantée a Miami depuis 2006, voit un turn-over permanent de ces franchisés.

Le projet initial prévoyait 10 établissements sur la région, il n’y en aura finalement que la moitié et l’enseigne n’arrive pas a s’implanter a New York.

Idem pour Fauchon qui a tentée de s’implanter a New York, Downtown Manhattan sur Park Avenue et la 56eme rue. Pourtant installer au cœur des quartiers de luxe, l’épicerie fine a essuyé un échec et a du fermer en moins de deux ans.

Cela montre donc que même avec une renommée internationale et un investissement très conséquent, “la French Touch” ne fait pas toujours recette.

Donc pour tous ces entrepreneurs français qui souhaitent créer une boulangerie, pâtisserie, crêperie, restauration rapide, ou épicerie “a la française” avec un budget de $50.000 a $100.000, sans parler du fait qu’ils ne qualifieront pas a l’obtention d’un visa, il est utopique de croire que vous pourrez vous installer et avoir un business viable.

Afin de pouvoir raisonnablement ouvrir un commerce de ce type, il faut évaluer vos coûts d’installation, loyer (avec un minimum deposit/caution de 3 a 6 mois de loyer selon les villes), les coûts de rénovation afin de mettre l’établissement a vos couleurs, les coûts de licences, puis le coût annuel de toutes vous dépenses courantes, loyer, factures téléphone & électricité, assurances, salaires, fournisseurs etc….

Si vous ne disposez pas d’un investissement minimum égal a l’ensemble de vos frais et dépenses sur la première année, non seulement il sera difficile de décrocher votre visa, mais au delà de cà, votre business ne sera pas viable.

Maintenant si vous disposez d’un investissement suffisant (celui ci étant variable selon la ville ou vous vous installez, et du coût du rachat du fond de commerce et/ou du loyer mensuel) et même si vous avez une expérience dans le domaine en France, cela ne signifie pas la réussite a tout prix.

Nombre d’entrepreneurs se voient dans l’obligation de fermer dans les 2 premières années, du fait de la méconnaissance totale de la culture américaine et ne l’intégrant pas dans leur plan marketing, et du choix de leurs produits.

Comme beaucoup, si vous voulez absolument faire du francais/francais et faire un duplicata parfait de votre société en France, sans prendre en compte les paramètres américains et les goûts des américains, c’est l’échec assuré.

On me dit souvent lors des consultations, “mais je n’ai pas vraiment trouvé de boulangerie dans telle ou telle ville lors de ma prospection”. Ce n’est pas le fait de ne pas avoir essayer, mais nombre de personnes s’y sont cassés les dents et de ce fait il n’existe pas autant de boulangeries-pâtisseries aux États-Unis que l’on imagine vu de France.

Il est donc important avant de commercer a lancer le processus, de vendre votre maison pour avoir l’argent disponible et d’investir toutes vos économies, de faire faire une étude de marché, qui vous indiquera selon la ville ou vous souhaitez vous installer:
-s’il y a la clientèle appropriée,
-si la région est adaptée a votre projet,
-si vos produits sont adaptés a la région,
-le coût total de votre investissement nécessaire afin d’éviter toutes mauvaises surprises et de réaliser en cours de route que vous ne pourrez tenir que 6 mois avec votre capital de départ.

La même étude ne vous donnera pas les mêmes résultats si vous vous installez a New York, Miami, Los Angeles ou Boston.

Il est donc important voir capital de contacter des professionnels afin de faire cette étude et de ne surtout pas vous lancer seul dans l’aventure.

(C) Biba Pedron

Pout tout projet de creation de société aux Etats-Unis,profitez de notre consultation initiale d’1 heure pour $95 seulement au lieu de $200

0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.

© 2016 My French Network Blog. All Rights Reserved

Forgot your details?