S’expatrier, pourquoi pas ?

Les carrières internationales résistent à la crise et les opportunités sont multiples. Même si certains profils sont plus recherchés que d’autres.

Les métiers liés à la restauration sont très demandés à l’étranger.

Alors que l’emploi des cadres en France est sérieusement impacté par la crise mondiale, les postes à l’international créés par les entreprises françaises demeurent curieusement épargnés.


“Depuis plus d’une décennie, la nature de ces emplois a souvent dû être adaptée à une concurrence économique mondiale non négociable, analyse Jacques-Olivier Meyer, dirigeant d’Intelfi, cabinet de conseil en ressources humaines internationales. Qualitativement depuis un an et demi, les conditions proposées aux salariés pour s’expatrier n’ont pas été dégradées, principalement parce que leur niveau est un bon compromis entre l’impératif de contrôle des coûts et l’objectif de motivation et de fidélisation.”

Même si un certain nombre d’expatriés ont dû revenir en catastrophe après avoir perdu leur emploi dans la banque ou dans la finance en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, les grands grou­pes internationaux continuent à recruter un certain nombre de profils en France pour les envoyer travailler à l’étranger.

Ainsi, selon le Pôle emploi international situé à Paris, qui diffuse 10 000 offres d’emploi par an à pourvoir à l’étranger sur les 40 000 que proposent les 20 agen­ces du réseau en France, le volume d’activité se révèle stable depuis le début de la crise.

Les postes à pourvoir en priorité sont plutôt qualifiés (en général réservés à des cadres dirigeants ou à des profils très spécialisés) ; dans des domaines comme l’informatique et les jeux vidéo, l’électronique, le bâtiment ou encore l’industrie hôtelière.

2 millions d’expatriés
Au 31 décembre 2008, 1 427 046 expatriés étaient inscrits au registre consulaire des Français établis hors de France. La moitié d’entre eux (48%) est installée en Europe, 20% en Amérique et 16% en Afrique. L’Asie-Océanie et le Proche et Moyen-Orient ne représentent que 9%, mais enregistrent la plus forte croissance. L’inscription au registre étant facultative, on estime que les Français expatriés seraient plutôt 2,2 millions.

Selon une enquête de la Maison des Français de l’étranger, les expatriés sont des salariés à fort revenu : 60% d’entre eux gagnent ainsi plus de 30 000 euros nets par an E.D

25% c’est le pourcentage de salariés expatriés qui, forts de leur expérience, quittent leur entreprise dans les deux ans suivant leur retour en France.

Eric Delon
 
0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.

© 2016 My French Network Blog. All Rights Reserved

Forgot your details?