Le message de Mme Clinton aux chefs d’entreprise : bâtissez vos sociétés

Washington – La secrétaire d’État, Mme Hillary Rodham Clinton, a invité les chefs et les créateurs d’entreprise venus de l’étranger pour participer au Sommet présidentiel de l’entreprise à devenir les agents du changement dans leur pays.

Dans un discours prononcé à la clôture de cette rencontre, le 27 avril, Mme Clinton leur a dit qu’ils pouvaient non seulement contribuer au développement économique et à la création d’emplois mais aussi
« promouvoir la prospérité commune, réclamer une gouvernance ouverte et responsable et aider à élargir l’accès aux services tels que la santé et l’éducation ».

« Ces éléments sont les piliers d’une société stable et florissante », a souligné Mme Clinton. « Et vous êtes les personnes douées du talent et de la possibilité de contribuer à bâtir de telles sociétés. »

La secrétaire d’État a dit que les relations d’entrepreneuriat étaient bénéfiques à tous, y compris aux États-Unis, car elles permettaient de forger des relations plus étroites dans divers secteurs, dont le commerce, l’éducation, la science et la technologie, et renforçait la coopération dans la lutte contre les défis mondiaux tels la faim, la pauvreté et les changements climatiques. « Les liens entre les peuples sont la fondation des relations entre les pays. C’est pourquoi nous sortirons tous renforcés par votre présence ici », a dit Mme Clinton aux délégués qui s’étaient entretenus de diverses questions relatives à l’entrepreneuriat et avaient établi des réseaux de contact lors du sommet de deux jours et des 30 activités de suivi organisés à Washington.

Mme Clinton a affirmé aux chefs d’entreprise qu’ils pouvaient compter sur les États-Unis en tant que partenaires de leurs efforts dans le cadre de la nouvelle approche en politique étrangère du gouvernement Obama qui se fonde sur les valeurs communes, le respect et la responsabilité mutuels. Cette nouvelle direction implique aussi que ce partenariat sera basé sur les investissements plutôt que sur l’aide, mais aussi sur des initiatives visant à soutenir les principaux acteurs du monde des affaires et les idées innovatrices sur le terrain.

« Nous sommes convaincus que cette nouvelle façon d’agir est plus apte à apporter des résultats durables en favorisant la sécurité, la dignité, la prospérité et les occasions pour davantage de gens dans le monde », a déclaré Mme Clinton. Elle a invité les autres gouvernements à faciliter ce processus en créant un climat favorable à l’entrepreneuriat et en adoptant les réformes qui permettront de tirer parti du dynamisme et de la créativité qui lui sont inhérents.

Le gouvernement Obama a annoncé une vaste gamme de nouveaux partenariats entre les secteurs public et privé qui visent à aider les créateurs d’entreprise, notamment ceux des pays à majorité musulmane, à renforcer leurs compétences et à avoir accès au financement. Parmi ces partenariats on trouve un projet de mentorat en ligne dont le but est de permettre aux créateurs d’entreprise des différentes régions du monde à trouver des guides spécialisés dans leur domaine.

Au lendemain du sommet, Mme Clinton a elle aussi annoncé le lancement de plusieurs nouvelles initiatives en faveur des femmes chefs d’entreprise.

Lors du sommet, plusieurs personnalités du monde des affaires ont fait remarquer que l’absence d’une culture de l’entrepreneuriat et la crainte de l’échec qui en découle découragent la création de nouveaux commerces et les initiatives privées dans certains pays. Le président d’Aramex, M. Fadi Ghandour, a dit que le seul moyen de surmonter ce problème était d’enseigner l’entrepreneuriat dans les écoles. Le talent n’est pas inné, il s’apprend et il peut être enseigné, a affirmé M. Ghandour dont la compagnie de fret routier, aérien et maritime a été la première société sise dans un pays arabe à être listée sur le marché boursier NASDAQ.

M. Ghandour a dit que les pays riches en pétrole ont dépensé des milliards de dollars pour tirer parti de leurs ressources minières et qu’ils doivent maintenant faire des investissements massifs « pour développer celles de l’esprit humain ». Et d’ajouter : « Le cerveau est la seule véritable énergie renouvelable que nous ayons. » Les chefs d’entreprise qui sont parvenus à la réussite doivent « pousser les gouvernements » à favoriser le développement humain, a souligné M. Ghandour.

M. Chris Connell a contribué à la rédaction de cet article en tant que correspondant spécial.

(Les articles du site «America.Gov» sont diffusés par le Bureau des programmes d’information internationale du département d’Etat. Source Site http://www.america.gov/fr)

0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.

© 2016 My French Network Blog. All Rights Reserved

Forgot your details?